Burn-out : Comment s’en sortir ? L’après « chute »


Troubles / mercredi, avril 11th, 2018

Un beau jour, black-out, vous tombez littéralement ! Vous êtes grillés : burn-out… 

Pression, surcharge de travail, harcèlement, objectifs irréalistes, manque de moyens, absence de communication, heures supplémentaires, travail qui s’invite à la maison, fatigue qui s’accumule, système immunitaire affaibli, changement de caractère, idées noires… Tout cela n’arrive qu’aux autres ? Probablement que non ! 

L’épuisement professionnel plus communément appelé burn-out est hélas un terme de plus en plus entendu… Qui ne connaît pas autour de lui un voisin, un ami, un membre de la famille ou une connaissance lointaine victime de burn-out ? A tel point que le terme en devient galvaudé.

Qu’est ce que le burn-out ?

C’est ça :

burn out

Rassurez-vous, il n’y a pas de bug sur votre écran ! Le burn-out (BO), c’est un peu le trou noir. Le corps ne répond plus, il a usé toute ses réserves d’énergie… Bref, il n’y a plus de jus !

Du stress au BO

Cet effondrement n’arrive pas sans signes précurseurs. Le BO est un processus insidieux avec une évolution lente voire très lente. Mettons ceci en parallèle avec les phases du stress décrites par Hans Seyle (médecin canadien d’origine Hongroise – début du 20ème siècle) :

3 phases de stress

source : www.ciao.ch

  • 1ère phase du stress : c’est le signal ! Un danger arrive et le corps s’informe avant d’agir : sécrétion d’adrénaline/noradrénaline. C’est un stress salvateur 😉 Si le corps et l’esprit sont équilibré, le retour à la normale survient une fois le danger éloigné.
  • 2ème phase du stress : Le corps se met en mode résistance et consomme un maximum d’énergie. Là, les hormones jouent le grand jeu : le cortisol, entre autre, arrive à la rescousse. Si la situation stressante perdure, des déséquilibres apparaissent déjà…
  • 3ème phase : Des mois et des mois de résistance bon gré mal gré vous amènent à l’épuisement ! N’en jetez plus… Les réserves sont à plat. Les surrénales (forme de chapeau sur les reins) ont trop donné !

 

La liste des symptômes du BO est longue (Schaufeli et Enzmann, psychologues, en ont dénombré 132 ! ) : fatigue, insomnie, manque d’entrain, anxiété, agressivité, difficultés de concentration, de mémorisation, pessimisme et manque d’intérêt pour ce qui autrefois générait du plaisir, lumbago (plein le dos!), torticolis, constipations, diarrhées, douleurs gastriques, reflux gastro-œsophagien, angines ou bronchites répétées, perturbations hormonales, absence de libido, palpitations, douleurs thoraciques, infections à répétition, repli sur soi, abus de tabac/alcool/drogue…

Que faire ?

Dans l’immédiat, rien d’autre que de vous reposer. Quand les batteries sont à plat, que voulez-vous faire ? C’est purement physiologique. Le cycle du cortisol est perturbé.

On serait tenté d’aller se gaver de plantes et cocktails vitaminés pour relancer la machine… Erreur ! Pour assimiler les principes actifs, vos cellules doivent être en mode de fonctionnement optimal or à ce stade ce n’est pas le cas.

La plupart des personnes ayant connu un BO vous le diront, je n’ai qu’une envie, c’est de dormir ! Ce fut mon cas… J’ai passé les premiers mois à dormir tous les après-midi.

Ensuite, limiter toutes sources d’excitants pendant cette phase de récupération : halte au café et aux sodas qui vont fatiguer vos surrénales davantage.

Enfin, il est nécessaire de respecter un repos mental 🙂 Découvrez les joies de la relaxation, de la méditation, du coloriage, du tricot ou encore de la sophrologie… Retrouvez les sensations corporelles perdues ou peut-être jamais perçues. Bien sur, coupez tout contact avec le travail pendant l’arrêt maladie. J’entends de loin les « facile à dire » mais si vous souhaitez vous en sortir, il faut passer par cette période de rupture et ne penser qu’à vous !

*****

J’aborderai l’accompagnement du burn-out sous plusieurs articles. Le BO est multi-factoriel et comporte différentes étapes vers la chemin de la renaissance.

J’évoquerai donc dans les prochains articles les causes possibles d’un BO (il est nécessaire de se pencher là-dessus pour la phase de reconstruction), la période d’acceptation, les conseils d’hygiène de vie pour rétablir l’équilibre endocrinien et immunitaire (micro-nutrition, plantes, la relaxation…) ainsi que le volet psy…

A bientôt !

N’hésitez pas à partager cet article si vous connaissez une personne en situation de BO ou proche du BO.

renaissance après BO

Une réponse à « Burn-out : Comment s’en sortir ? L’après « chute » »

Envie de réagir ?

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.