Prenez un bol d’air…


Techniques respiratoires / mardi, janvier 9th, 2018

Un bol d’air Jacquier bien sûr !

Le Bol d’air Jacquier® est une technique unique pour améliorer l’oxygénation cellulaire de façon simple et peu contraignante, sans hyper-oxygénation et sans risque radicalaire (l’oxygène nous est indispensable mais il donne aussi naissance à des radicaux libres : ERO – espèces réactives de l’oxygène).

L’hypoxie, source de troubles de la santé

L’hypoxie correspond à un manque d’oxygène au niveau cellulaire causé par une mauvaise assimilation.

Les polluants des zones urbaines ou industrielles, réduisent la quantité d’oxygène disponible dans les tissus. En tapissant les voies respiratoires, ils freinent les échanges gazeux. Certains d’entre eux, comme le monoxyde de carbone (CO), vont jusqu’à prendre la place de l’oxygène sur l’hémoglobine ! Dans tous les cas, l’efficacité de la respiration est diminuée. A cela s’ajoute l’impact du mode de vie actuel, où stress et chocs émotionnels engendrent des modifications métaboliques, des chutes de tension artérielles et donc de l’oxygénation.

Le déficit d’oxygène dans les tissus induit un ralentissement de la production énergétique. Conséquence : les réactions biochimiques d’assimilation et de transformation des nutriments sont incomplètes. Les déchets, mal éliminés, s’accumulent, intoxiquant progressivement l’organisme. Le cerveau et le système nerveux central, les plus gros consommateurs d’oxygène, sont les premiers touchés par la baisse de sa disponibilité. D’où le déclenchement de plusieurs signaux d’alarme : fatigue chronique, nervosité, défaillance de la mémoire.

 

Comment améliorer la biodisponibilité de l’oxygène ?

Conscient du fait que la simple augmentation de la quantité d’oxygène respirée n’est pas la solution, René Jacquier (ingénieur chimiste et inventeur du Bol d’air) cherchait un support naturel, facilement accessible, transformable en porteur d’oxygène et connu de manière suffisamment universelle pour que l’ancienneté de son usage soit le garant de son innocuité.

Constatant que depuis l’antiquité, les lieux de santé se trouvent au sein des forêts de pins et de sapins et, d’observations en expériences, il trouve dans l’essence du pin maritime la réponse à ses questions.

L’essence de résine de pin est particulièrement riche en molécules insaturées (donc transformables) : les pinènes, de la famille des terpènes, contiennent principalement des alpha et beta pinènes, utilisés en médecine et en cosmétique pour leurs effets bénéfiques très connus (antiseptique, antibactérien, antifongique, antiparasitaire, insecticide…).

Ces terpènes acquièrent des propriétés nouvelles lorsqu’ils sont transformés dans le Bol d’air®. Ils deviennent des porteurs d’oxygène. Dans l’organisme, ils s’associent à l’hémoglobine et deviennent des biocatalyseurs.

Le mécanisme est double : d’une part, l’hémoglobine fixe plus volontiers les pinènes oxygénés que l’oxygène seul ; d’autre part l’oxygène ainsi transporté est plus facilement libéré dans les tissus, sous une forme “naissante”, hautement assimilable par la cellule qui l’utilise sans excès. Dans le complexe biocatalytique, la liaison oxygène / hémoglobine est instable. L’oxygène est facilement libéré vers les cellules. Un nouvel oxygène peut être à nouveau capturé et redonné. Un cycle de plusieurs heures est alors engendré.

Dans quels cas faire une cure de bol d’air ?

• Pour récupérer en cas de fatigue chronique et de stress

• Pour préserver ses capacités intellectuelles, physiques et sensorielles

• Lorsque les défenses naturelles sont affaiblies

• En prévention du vieillissement

• Accompagner la perte de poids

Préparation et la récupération physique et psychique des sportifs

• Pour les adolescents au moment des examens

Optimiser d’autres soins

• En prévention tout au long de l’année

Contre-indications du Bol d’air Jacquier® : allergie à la térébenthine, épilepsie terpène dépendante et convulsion. Précautions d’usage : – Il est toujours conseillé de commencer par de courtes séances et de procéder progressivement, notamment dans les cas d’asthme, spasmophilie, allergie, hyperthyroïdie. – Il est préférable de ne pas utiliser le Bol d’air® chez les femmes enceintes et allaitantes ni chez les enfants de moins de 36 mois. – Le Bol d’air® ne remplace pas vos traitements habituels.

3 réponses à « Prenez un bol d’air… »

  1. Très bel article, j’ai découvert ton compte Instagram que j’apprécie!
    J’ai suivi des formations en aromathérapie et en fleur de Bach, j’espère pouvoir continuer à apprendre et me lancer cette année comme conseillère dans ces domaines.
    Bises et bon dimanche.
    Béatrice du blog betilami

    1. Bonjour Béatrice. Je te remercie. Le pouvoir thérapeutique des plantes et leur aspect vibratoire sont si enrichissant et bénéfique ! Je te souhaite plein de belles choses pour la continuité de tes apprentissages et surtout ta future installation. Bises

Envie de réagir ?

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.